lundi 30 mai 2011

Les deux tours...




Partie 4:

Concernant, les explications officielles sur l'effondrement des deux tours des 110 étages... Le plus simple fait scientifique élucidé, au sujet du feu et de l'acier:

Tout d'abord, l'acier ne fond qu'à des températures extrêmement élevées presque 3000 °F (Fahrenheit)… un minimum de 2750 °F.

Or, tout incendie à ciel ouvert, à base d’hydrocarbure, la plus haute température qu’elle peut atteindre (c.a.d tout incendie d'immeuble) est de... 1517 °F (nonobstant ces quelques chiffres de contes de fées qui circulent à travers leurs médias... 2000 °F, 3000 °F, etc).

Les 1517 °F ne pourraient expliquer cette défaillance de la structure!

Par exemple, il est possible, seulement pour des fins de forage, que l'acier pour être suffisamment "affaibli" soit chauffé à environ 2200 °F. C'est une température qui ne peut être atteint pour un immeuble en feu.

Un autre fait: 

la sécurité des constructions en acier à laquelle, elles sont testées sont loin d'atteindre les températures de 1517 °F. La norme ASTME 119 (1) dépasse de loin sa phase maximale jamais enregistrée dans les incendies de bâtiments.  Cette norme exige que l'acier soit exposé, pendant plusieurs heures, à des températures de 2000 °F.  L'acier du World Trade Center a été certifié conforme à cette norme.




(1) Système ASTM - Réaction au feu - Aux États-Unis, les produits commercialisés sont testés et classés selon les normes ASTM (American Society for Testing and Materials). 

Résistance au feu - Les éléments de séparation résistants au feu, tels que les murs et les structures de sol, sont testés et évalués  selon la norme ASTME 119 "Tests au feu de structures et de matériaux de construction". Les tests sont menés à grande échelle. Les échantillons testés sont soumis à une chaleur équivalente à celle d'un incendie dans sa phase de développement maximal. ( Sécurité incendie: http://www.ecophon.com/fr/Proprietes-techniques/Securite-incendie/ )





Une grosse ignorance ou de la désinformation flagrante?


D'étonnantes flagrantes idées fausses ont été permises pour qu'elles se frayent un chemin dans la communauté américaine (grâce à la servitude si utile des principaux médias) concernant les incendies du World Trade Center.

Dès les premiers jours après le 11 septembre 2001, un certain nombre de "spécialistes" ont avancé l'idée que l'acier dans les bâtiments avaient littéralement "fondu" et avait provoqué l'effondrement des bâtiments:

Des commentateurs de la BBC (Chris Wise et autres), le magazine américian scientifique - the Scientific American magazine (Eduardo Kausel), vidéo de NOVA qui a été extrêmement médiatisée avec Matthys Levy, l'"expert" Henry Koffman de l'USC, Tom Mackin de l'Université de l'Illinois, le "New Scientist" ... ainsi de suite.

Ainsi, les institutions médiatiques et académiques ont laissé tombé cette idée comme une patate chaude.

Par la suite est apparu la notion selon laquelle que les feux avaient affaibli l'acier dans les bâtiments... assez pour provoquer la défaillance structurale. Cette version a été considéré par de nombreux Américains jusqu'à ce jour.

Alors, qu'est ce que l'on peut dire au sujet de cet "acier affaibli"? Prenons de faits plus simples:


Les INCENDIES AU WORLD TRADE CENTER étaient anémiques

Les températures atmosphériques des incendies au World Trade Center ne se sont jamais approchées du maximum de 1517 °F. Les incendies de cette ampleur ne peuvent se produire que dans des conditions idéales ... des conditions qui n'existaient pas le 11 Septembre 2001.

Il doit y avoir d'intenses brasiers prolongés pour atteindre ce niveau de température. Par exemple, sur cette photo ci-dessous, c'est le feu d'immeuble de bureaux à Madrid, où la température de 1470 °F a été effectivement mesurée.

L'immeuble Windsor- à Madrid en Espagne le 12 février 2005

Maintenant celui-ci est un enfer. Ce feu a duré une vingtaine d'heures. Les incendies au World Trade Center en étaient loin, très loin de rugir comme sur la photo ci-dessus.

L'indicateur le plus évident, c'est que les feux du World Trade Center avaient produit de grands volumes de fumée noire. Les observateurs spécialisés ont déclaré que, au moins dans ce cas, la fumée noire était la preuve d'un manque d'oxygène très prononcée et par conséquent une indication des températures bien en dessous du maximum de 1517 °F. Même le NIST (National Institute of Standards and Technology) avait reconnu que "... la fumée noire [est] caractéristique de la combustion dans des conditions dépourvues d'oxygène."




La photo (ci-dessus) montre l'immeuble Windsor (vu plus haut) à la suite de l'incendie. Veuillez noter que le bâtiment ne s'est pas, et n'a jamais été près à s'effondrer.




La photo (ci-dessus) montre les deux tours crachant de la fumée noire, une preuve certaine d'un manque d'oxygène et de température ainsi considérablement réduite.


LA TEMPÉRATURE DE L'INCENDIE VS. LA TEMPÉRATURE DE L'ACIER DANS CE FEU: DEUX CATÉGORIES COMPLÈTEMENT DIFFÉRENTES!


A ce stade, le cas de la démolition contrôlée devient encore plus probable parce que, non seulement les températures atmosphériques au World Trade Center étaient bien en dessous du maximum (de 1517 °F), donc sans doute pas plus de 1100 °F... Veuillez également comprendre ce qui suit:

La température du feu (c'est à dire la "température amosphérique" est totalement distincte de la température de l'acier dans le feu!

Par exemple, si la température du feu (c-a-d les températures atmosphériques) atteint 1100 °F et que la structure d'acier est sous l'incendie pendant une demie heure... la température de l'acier ne serait sûrement pas supérieure à la moitié, soit 500 °F environ... et certainement pas dans une telle période de temps aussi courte.

Pour répéter: ce "maximum" (de 1517 °F) se réfère uniquement à la température atmosphérique. La température de l'acier lui-même serait beaucoup plus faible que les températures atmosphériques, en particulier dans un feu de courte durée, comme au World Trade Center.

Pourquoi cela? Parce que l'acier a une capacité considérable pour la conductivité thermique. La chaleur se déplace à travers l'acier, se diffusant lentement et se diluant pendant le processus.

De nombreux tests ont déjà été effectués sur des diverses structures en acier. Cependant, de nombreuses firmes d'ingénierie ont mystérieusement "nettoyé" leurs pages Internet qui documentent sur leurs tests actuels de température.

Un couple adroit de chercheurs sur le 11 Septembre 2001 a été en mesure de capturer des pages en cache de  Corus Construction (parmi d'autres documents) qui montrent les résultats des tests.

Corus Construction attisait de grands incendies dans un certain nombre de structures d'acier disponibles (des garages de stationnement typiques) et prenait des lectures. Les feux brûlaient pendant environ une heure pour atteindre les températures atmosphériques quasi-maximales (environ 1500 °F), puis les employés mesuraient les températures des poutres d'acier pendant une quinzaine de minutes lors de la "période dominante".

Les températures de l'acier ont augmenté vers un maximum de seulement 675 °F. C'est un fait documenté. Sans l'ombre d'un doute, ce genre de tests et d'analyses a été mené un nombre incalculable de fois, dans le monde entier, depuis des décennies. (Certes, si les incendies duraient plus longtemps, la température de l'acier peut augmenter).

Pensez-y: 

Peut-on croire que les architectes et ingénieurs (sans parler des milliards de dollars d'investisseurs) financeraient bon gré mal gré, la construction de gigantesques gratte-ciel sans avoir auparavant déterminé avec une précision absolue, l'impact exact du feu? N'est ce pas absurde?



John Skilling par exemple, l ingénieur en chef de la construction des structures du World Trade Center, avait fait le commentaire suivant en 1993 (concernant des avions de ligne qui s'écraseraient sur les tours):


John Skilling par exemple, l'ingénieur en chef de la construction des structures du World Trade Center, avait fait le commentaire suivant en 1993 (concernant des avions de ligne qui s'écraseraient sur les tours):

"... Nos analyses indiquaient que le plus gros problème serait le fait que le kérosène (de l'avion) se déverserait dans l'édifice. ... Mais la structure serait toujours là. ..."


En d'autres mots, les concepteurs avaient soigneusement réfléchi aux différents aspects et questions liés  au feu et l'acier ... contrairement aux idées douteuses transmises comme quoi "personne ne pouvait savoir ou prévoir l'impact des incendies sur le World Trade Center".



Kevin Ryan a abordé les questions concernant les températures du feu et de l'acier dans une lettre devenue célèbre au NIST. Ryan a joué un rôle majeur dans le soi-disant "9/11 Truth movement" (le mouvement de la vérité sur le 11 septembre 2001). Il a été un expert certifié travaillant pour ''Underwriters Laboratories'', lequels avaient pour tâche d'analyser les bâtiments incendiés et de l'effondrement des tours du World Trade Center. 

Il a envoyé cette lettre de réfutation quand il a commencé à réaliser qu'il y avait un des arguments fallacieux que le gouvernement essayait de justifier.

''The National Institute of Standards and Technology'' (NIST) a travaillé sur un rapport qui avait supposément pour but d'expliquer comment de simples "feux" ont entrainé l'effondrement des tours jumelles.  Le 11 Novembre, Monsieur Ryan a envoyé la lettre suivante à Monsieur Frank Gayle du NIST.

La réponse que Ryan a reçu par correspondance a été d'être immédiatement licencié. Cela donne une réponse partielle à la question que certaines personnes peuvent avoir, concernant la façon dont ces immenses manipulations réussissent à être garder secrètes aux yeux du publique:

Il y a, en effet, un certain nombre de "dénonciateurs" qui ont été injustement bâillonnés, incendiés, marginalisés, emprisonnés et assassinés alors qu'ils tentaient de révéler un grand nombre de ces supercheries. Gary Webb du "San Jose Mercury News" est l'un de ces fatals exemples, dont il sera question plus tard.

Voici quelques extraits de la lettre de Kevin Ryan:   

Il continue d’y avoir un certain nombre “ d’experts ” faisant des déclarations publiques au sujet de la manière dont les bâtiments du World Trade Center se sont écroulés. L’une de ces personnes, le docteur Hyman Brown de l’équipe de construction du WTC, prétend que les bâtiments se sont effondrés car les structures d’acier se seraient déformées dû aux incendies qui brûlaient à 2000 ° F (1100 °C). Il déclare, “ Ce qui a causé l’effondrement des tours, c’est le carburant des avions… qui brûlait à 2000 ° F. L’acier dans cette zone d’impact de cinq étages [entre le 93e et le 99e étage] a subséquemment fondu.

Nous savons que les composants d’acier étaient certifiés conformes aux normes ASTM E119. Les courbes température-temps normalisées pour la standardisation des composants requièrent que les échantillons doivent être exposés à des températures avoisinant 2000 ° F (1100 °C) pendant plusieurs heures. Et nous sommes tous d'accord à le dire, l’acier rencontrait ces spécifications.(...)


Vos conclusions suggèrent que l’acier a probablement été exposé à des températures de seulement 500 °F (250 °C), ce qui correspond à ce qu’on pourrait attendre d’une analyse thermodynamique de la situation.

Cependant, le résumé du nouveau rapport du NIST semble ignorer vos conclusions, et suggère que ces faibles températures ont causé un "ramollissement et une distorsion ” des portions exposées de la structure métallique centrale du bâtiment. D’autre part, ce résumé stipule que les colonnes du périmètre se seraient déformées, pourtant vos conclusions montrent clairement que "la plupart des colonnes du périmètre (157 sur 160) n’ont pas été exposées à des températures supérieures à 500 °F (250 °C)."

Pour ramolir l'acier afin d'être forger, il doit normalement atteindre une température de plus de 2200 °F (1100 °C). Cependant, ce nouveau rapport suggère que des températures bien plus basses sont capables, non seulement de ramollir l’acier en l’espace de quelques minutes, mais sont aussi la cause de l’effondrement rapide de la structure.

Cette histoire ne rime tout simplement à rien. Si l’acier de ces bâtiments s’est ramolli ou a fondu, je suis certain que nous sommes tous d’accord pour dire que cela, n’est certainement pas dû au kérosène enflammé de quelque façon que ce soit et encore moins aux brefs incendies des tours. Cette évidence devrait être d’une grande importance pour tous les Américains. (...)

 Je suis persuadé que votre travail pourrait également être un noyau de faits, autour duquel la vérité et, par conséquent la paix et la justice mondiale pourront à nouveau régner. Je vous prie de faire ce que vous pouvez pour rapidement éclaircir la confusion quant à la capacité du kérosène enflammé à ramollir ou à faire fondre des structures en acier.

(Lettre de Kevin Ryan)  

CONFIRMATON à contrecœur du NIST

En Septembre 2007, un développement intéressant sur la question concernant la température de l'acier du World Trade Center a eu lieu. Une lettre de concessions assez étonnantes et publier à contrecoeur par le NIST, envoyée au représentant du plus grand ''REGROUPEMENT DES FAMILLES VICTIMES DU 9/11'', Bill Doyle (qui a aussi fortement conclu que le 11 septembre 2001 était un "INSIDE JOB" - ("TRAVAIL DE L'INTÉRIEUR") ... dans laquelle, le NIST semble faire d'étranges rétroconcessions.

Sous la pression du regroupement des familles des victimes du 11 septembre 2001, le NIST a admis (dès le 27 septembre 2007) que tous les échantillons d'acier provenant de "ground zero du World Trade Center" et qui ont été ensuite testées ont révélé... qu'ils n'ont pu être chauffées à une température supérieure à 500 °F (250 °C).
Exactement ce que Kevin Ryan, Jim Hoffman, les témoins réticents de ''Corus Construction'' et plusieurs centaines d'autres experts avaient prédit. WOW. Alors, comment ces bâtiments ont-ils pu s'effondrer si l'acier n'a jamais été chauffé à plus de 500 °F (250 °C) ???

Vous pouvez à peine faire cuire un gâteau à 500 °F (250 °C), alors comment cette température a pu causer une chute libre d'une structure d'acier pour en faire un tas de décombres fumant?

Pour ce qui est de l'impact d'un avion et de la combustion du carburant d'un avion?

En regardant les écrasements d'avions eux-mêmes - les questions surgissent: les impacts auraient-ils pu potentiellement détruire ces bâtiments, plus spécifiquement en combinaison avec les feux subséquents provenant du kérosène?

Et bien, nous avons déjà partiellement répondu aux questions concernant les incendies dans une structure en acier. Mais veuillez aussi considérer ceci - le carburant n'est pas propice à un long et profond brasier. Il s'évapore très rapidement. Essayez de faire cuire vos hamburgers sur un barbecue au-dessus d'un bol de carburant enflammé. Le résultat serait une énorme boule de feu et une viande crue légèrement roussie. Vous voudriez vite retourner aux briquettes de charbon de bois pour les faire cuire plus lentement!

Le carburant, qui est essentiellement du kérosène, brûle à une très faible température entre 500 -700 °F . Le NIST a concédé en "marmonnant" dans les dernières pages de leurs obscurs rapports... que le carburant a disparu en quelques petites minutes. Les seuls combustibles qui sont restés étaient les "banals" matériaux de bureaux, des canapés et rideaux, etc...


Et, en passant, sur la photo ci-dessus nous voyons qu'environ 80% de carburant de l'avion s'est instantanément évaporé sous la forme de cette énorme boule de feu (environ un tiers d'un mile de circonférence)... or, 51 minutes plus tard, ce bâtiment a été le premier des deux à s'effondrer dans un tas de décombres. Comment le carburant dans les bâtiments peut pousser à ces faits? Il y avait trop peu de carburant à l'intérieur de ces bâtiments pour produire cela.


Qu'est ce que représente une vitesse de six cents milles à l'heure?  (Nous allons laisser cette partie de côté; déjà beaucoup d'analyses peuvent être trouver à ce sujet sur internet) --- > Voir le sommaire pour voir les sujets développés: ICI



Traduction ou résumés (par dailycensorship) de phrases d'un article de l'espace:
" WOLVES IN SHEEP'S CLOTHING " (Des loups déguisés en brebis).



lundi 10 janvier 2011

D'innombrables explosions rapportées au WTC7...




Partie 3:

Comme note connexe: De nombreux rapports rapportent que des explosions au WTC7 ont mené à l'effondrement... et l'existence d'explosions pendant l'effondrement. Et le fait que ce dernier rapport du NIST (21 août 2008) ne prennent pas la peine d'interviewer aucun de ces témoins est troublant, c'est un euphémisme.


Craig Bartmer, agent de police de New York: "J'étais moi-même sous le bâtiment 7, quand il est tombé.  j'ai entendu de mes propres oreilles ce qui ressemblait à une rapide succession d'explosions, lors de la descente."


Kevin McPadden, dans les premiers intervenants: ...le représentant de la Croix Rouge... dit- "vous devez rester derrière cette ligne... qu’ils vont descendre un immeuble... il avait dans sa main la radio qui transmettait ce qui ressemblait à un décompte... Et dans les dernières secondes il a levé la main et on a entendu  "3 - 2 – 1"... Et il s’est mis à nous dire :  "Sauvez votre peau ! Courez ! Sauvez votre peau ! Courez !..."  (extrait sur pdf, et pour plus, pouvant être lu ICI).

Et il y a eu encore 2 ou 3 secondes avant d’entendre les explosions. Boum ! C’était un son très caractéristique,... On sentait comme un grondement dans la terre,... Pour moi, c’était une explosion,... Lien video en anglais ICI.


Probablement l'un des témoignages des plus dramatiques est venu de Barry Jennings, directeur adjoint du département de Gestion d’urgence de l’Office du logement de la ville de New York.  Lui, avec Michael Hess, membre du Conseil Municipal de New York - partenaire créateur et Senior directeur du Management de la Société Giuliani Partners LLC (qui, soit dit en passant, a donné une seule, "histoire officielle", superficielle confirmant l'interview)... ont été pris au piège dans le WTC7 pendant des heures... et témoignent d'innombrables explosions en cours.


Le témoignage de Jennings

"En arrivant sur les lieux de travail, nous avons remarqué que tout le monde était parti. J'ai vu des cafés sur les bureaux encore fumant, et des sandwiches à moitié mangés..."

"Quand je suis arrivé au 6ème étage, le palier sur lequel nous nous tenions avait cédé, il y avait eu une explosion et le palier avait cédé, je me suis retrouvé là, suspendu en l’air. J’ai dû regrimper..."

"Je suis resté coincé là des heures. J’y étais encore coincé quand les tours se sont effondrées. Pendant tout ce temps, j’entendais toutes sortes d’explosions..."

Jennings avait poursuivi en décrivant avoir enjamber des cadavres au moment où les pompiers l'évacuaient hors du bâtiment. Les rapports officiels affirment qu'il n'y a pas eu de décès au WTC7.



Le rapport NIST - Institut National des Standards et de la Technologie - (a mis apparemment des mots dans la "bouche" de Jennings en affirmant qu'il n'avait rapporté que deux explosions... un mensonge évident. Et le fait qu'aussi, Hess, est totalement les lèvres fermées... est une indication très flagrante de mauvaises augures. Les citoyens concernés doivent être... préoccupés.

Lecture +




 
LES DEUX TOURS --- > Objet d'un prochain article: ICI


Traduction ou résumés (par dailycensorship) de phrases d'un article de l'espace:
" WOLVES IN SHEEP'S CLOTHING " (Des loups déguisés en brebis).


 

"DE ZELFDE DAG ?!"... "Le même jour ?!" par Danny Jowenko




Partie 2:

Ci-dessous quelques remarquables images de Danny Jowenko pendant les moments même où il voit l'effondrement du WTC7 pour la première fois (il y a quelques années). 

Jowenko, un citoyen des Pays-Bas, est l'un des meilleurs démolisseurs de l'Europe (propriétaire de la société européenne de démolition et construction de bâtiments Jowenko Explosieve Demolitie B.V. dont les bureaux sont situés aux Pays-Bas. Fondée en 1980, cette société est certifiée et détient les permis respectant les dispositions énoncées dans les deux lois allemande et néerlandaise sur l'utilisation d'explosifs à usage civil. Les ingénieurs en explosifs de Jowenko détiennent aussi le Certificat Allemand des Qualifications et le Certificat Européen de Démolition décernés par la Fédération Européenne des Ingénieurs en Explosifs. - cf source: csf911.org/).



Version originale de l'article, video sur Google ICI


Lorsque vous regardez Jowenko en train de visionner la vidéo de l'effondrement du WTC7, il a eu trois réactions: 

1) Il a, immédiatement et sans réserve, déclaré que ceci est "manifestement" un travail de démolisseurs professionnels que nous regardons.

2) Il est complètement abasourdi d'être informé, quelques minutes après avoir visionné la vidéo, que cet effondrement s'est produit plus tard le jour même le 11 septembre 2001. Maintes et maintes fois, il demande: "De zelfde dag?" ("Le même jour ?"). Il comprend clairement l'horreur, les monstrueuses implications.

Alors pendant les minutes suivantes, il tente de théoriser que quelqu'un peut avoir pris une décision rapide (pour une raison quelconque) en câblant avec des explosifs de démolition tout le gratte-ciel en entier le jour même du 11 septembre 2001... et avait miraculeusement accompli cette opération en seulement deux ou trois heures. Jowenko ne semble pas vraiment croire à cette théorie lui-même. 

Le coup de grâce vient vers la fin de la vidéo, lorsque l'intervieweur l'informe également du fait bizarre que la FEMA a littéralement exclu la possibilité d'une démolition contrôlée comme une explication de l'effondrement du WTC7... même étant simplement comme l'une des certaines causes possibles.

À ce stade, nous observons que Jowenko commence à réaliser et conclure qu'il y a eu évidemment une dissimulation des autorités gouvernementales... et  que donc ce n'est vraiment que l'horrible scénario des attentats du 11 Septembre 2001; en réalité: des meurtres de masse de quelque psychopathes dans les couloirs du gouvernement des États-Unis. Après tout, si les "autorités" étaient des coupables, qui vous informeraient? Les "autorités"?

Un simple terroriste d'un pays lointain (Ben Laden) serait infiniment préférable, plutôt qu'une hostilité de l'intérieur?

Quelques années plus tard, dans une entrevue accordée en 2006 par téléphone, il réaffirme ces sombres conclusions. Voici un extrait: 

Danny Jowenko : Quand la FEMA écrit dans un rapport que l'effondrement est dû au feu, que vous faites de l'argent aux Etats-Unis en tant qu'entreprise de démolition contrôlée et que vous dites "Non, c'était une démolition contrôlée"  vous êtes fichu. Vous êtes conscient de cela ?

Jeff Hill : Oui, exactement, vous allez vous attirer les pires ennuis si vous déclarez cela, pas vrai ?

Danny Jowenko : Bien sûr, bien sûr. Ce serait la fin de votre… -- la fin de l'histoire.

Jeff Hill : Ouais, parce que j'appelais des sociétés de démolition contrôlée juste pour leur demander l'expression " Tirez-le"  figurait dans le vocabulaire de ce métier et même la société Controlled Demolition Incorporated l'a reconnu. Mais les autres personnes ne voudraient pas – ne voulaient pas me parler de l'immeuble numéro 7 parce que de toute évidence ils savaient comment ça s'est passé et ils ne voulaient pas en parler.

Danny Jowenko : Exactement.


D'INNOMBRABLES EXPLOSIONS RAPPORTEES AU WTC7
--- > Objet d'un prochain article: ICI


Traduction ou résumés (par dailycensorship) de phrases d'un article de l'espace:
" WOLVES IN SHEEP'S CLOTHING " (Des loups déguisés en brebis).